Maladies liées au gluten

Un consensus existe actuellement dans le milieu médical quant aux maladies liées au gluten. Outre la maladie coeliaque, les médecins reconnaissent deux autres pathologies liées au gluten:  la sensibilité au gluten non coeliaque et l’allergie au blé.

1 - La sensibilité au gluten non coeliaque (SGNC)

Définition, symptômes et diagnostic de la maladie SGNC

Les personnes présentant une sensibilité au gluten non cœliaque présentent des symptômes similaires à ceux des malades souffrant de la maladie cœliaque (trouble digestifs, maux de ventre, diarrhée, flatulence, maux de tête, fatigue, éruption cutanée) souvent dans une intensité moindre. En revanche, ces patients n’ont pas les marqueurs sanguins, tissulaires et génétiques de la maladie cœliaque. Les villosités intestinales ne sont pas endommagées. Il n’y a pas d’élévation des anticorps anti-transglutaminases. (Source: http://www.em-consulte.com/en/article/1096837)

Il n’existe pas actuellement de test fiable permettant de poser avec certitude le diagnostic de sensibilité au gluten non cœliaque. Le diagnostic comprend un processus d’exclusion du gluten de l’alimentation. Pour que l’on puisse parler de SGNC, les troubles doivent s’atténuer ou disparaître après une certaine période d’arrêt de consommation de gluten (quelques semaines suffisent généralement) et réapparaître avec la réintroduction du gluten.

"Le seul remède est d'arrêter de consommer du gluten..."

Evolution et traitement

A la différence de la maladie coeliaque, le SGNC ne présente aucune pathologie associée, ni n’a de complication à long terme connue.

Comme pour la maladie coeliaque, le seul remède est d’arrêter de consommer du gluten. Ou plus simplement d’en restreindre la consommation en fonction de l’intensité des symptômes et de l’inconfort qu’ils génèrent. Les sensibilités individuelles sont éminemment variables. A chacun donc de trouver la quantité de gluten qu’il peut tolérer ou non.

Avant d’entreprendre un régime sans gluten, il convient bien entendu de consulter un médecin afin d’écarter toute autre pathologie éventuelle.

It is a long established fact that a reader will be distracted by the readable content of a page when looking at its layout. The point of using Lorem Ipsum is that it has a more-or-less normal distribution of letters, as opposed to using ‘Content here, content here’, making it look like readable English. Many desktop publishing packages and web page editors

Mal a l'estomac

2 - L'allergie au blé

Définition

L’exposition aux protéines du blé entraine la libération de molécules chimiques (histamine) qui déclenchent la réaction allergique. Cette réaction allergique se manifeste par des symptômes

  • digestifs (spasmes, nausées, vomissements, diarrhées, ballonnements)
  • cutanés (urticaire, eczéma), gonflement des muqueuses (bouche, nez, yeux, gorge)
    dans les cas les plus sévères peut aller jusqu’à une réaction allergique rapide et généralisée potentiellement fatale qui est une urgence médicale absolue
  • Les symptômes apparaissent en général très rapidement après l’exposition à l’allergène (moins de deux heures jusqu’à 4 heures après ) mais la réaction peut aussi être retardée (quelques heures ou un ou deux jours).

"L'allergie au blé touche essentiellement les enfants en bas âge..."

Evolution, diagnostic et traitement des maladies liées au gluten

L’allergie au blé touche essentiellement les enfants en bas âge. Elle débute souvent dans la première année de vie peu après l’introduction du blé dans l’alimentation et disparait souvent avec l’âge. Le pronostic est généralement favorable, en effet elle guérit spontanément avec le temps.

L’allergie au blé peut également survenir chez l’adolescent ou le jeune adulte. Elle provoque alors une anaphylaxie induite par l’effort. Il y a réaction allergique si l’effort physique a été précédé de l’ingestion de blé. Il faut donc proscrire l’ingestion de blé dans les quatre heures avant l’effort. Autrement l’ingestion de blé est bien tolérée, c’est l’association effort physique + ingestion de blé qui se révèle problématique.

En raison de la forte ressemblance du tableau clinique de l’allergie au blé avec celui de la maladie coeliaque, il est impératif de s’adresser à un spécialiste afin d’effectuer le bon diagnostic. Le diagnostic se fait grâce à un ensemble d’examens de dépistage. Ceux ci incluent test cutané (prick-test-, patch test au blé, régime d’exclusion du blé suivi d’un test de provocation de plusieurs jours.)

Le traitement de l’allergie au blé consiste en l’éviction des aliments contenant du blé. Le seuil de tolérance au blé et son éventuelle réintroduction devront être évalués avec un spécialiste.

medecine